"Ils l'ont fait", une vraie comédie populaire .de Latifa Oulkhouir sur Bondy blog

"Ils l'ont fait", une vraie comédie populaire .de Latifa Oulkhouir sur Bondy blog
"Ils l'ont fait", une vraie comédie populaire .de Latifa Oulkhouir sur Bondy blog

L’audace de ceux qui sont à la tête de cette « performance artistique » comme ils aiment appeler ce film qui raconte la candidature aux municipales de Mantes-la-Jolie de Khalifa Camara, joué par Omar Diaw jeune chômeur qui en a marre du clientélisme qui ravage sa ville dirigée par un maire sans scrupules : Jacques Adie.

« Ils » ce sont les scénaristes qui sont derrière ce projet : Said Bahij, Rachid Akiyahou (également réalisateurs), Majid Eddaikhane et Khalid Balfoul. Tous originaires de Mantes, ils parlent de leur ville avec une tendresse particulière dans un film ou les punchlines s’enchaînent. Et quand on leur demande à quel point la fiction est inspirée du « système Bédier », Rachid Akiyahou rappelle qu’en regardant le film à aucun moment il n’y voit Pierre Bédier (ancien maire de Mantes-la-Jolie). Il se contente de raconter le clientélisme, la corruption comme cela a pu se passer dans certaines villes comme Corbeil-Essonnes (91). Ce qui lui importe c’est que « tous les artistes de Mantes, des acteurs de la vie de Mantes sont dans ce film ». Il raconte même que cette idée leur est venue en regardant le film « Président par accident » et qu’ils se sont dit « tiens pourquoi on ne le ferait pas ? ». Chacun y a mis quelques fonds personnels, une cagnotte sur Ulule, des acteurs bénévoles et le tour était joué. De l’idée au montage final, ce film a pris deux ans.

Évidemment, avec un tel scénario, les réalisateurs ont voulu faire passer un message. « Il faut inciter les jeunes à avoir une conscience politique » martèle Said Bahij. Il souhaite que les gens de banlieue soient « les auteurs de leur histoire » mais cela prend du temps « c’est comme un handicapé qui se relève pour la première fois, il va pas se mettre à courir tout de suite ». Ce militant de la culture voit ce film comme un vrai « acte politique », car il a une « vraie identité, une vraie culture de banlieue ». Faire ce film a été pour lui « pédagogique et ludique ». Et quand on demande à Rachid Akiyahou si l’histoire racontée dans le film pourrait devenir réelle, il acquiesce sans hésitation aucune, car il estime que désormais c’est au peuple de prendre le pouvoir.

Pour lire la suite ,merci de cliquer sur le lien ci-dessous.

ICI Vénissieux © 2014 -  Hébergé par Overblog