Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui était Yazid, le livreur de pain tué par des policiers ivres?

 Qui était Yazid, le livreur de pain tué par des policiers ivres?

La victime, présentée par sa famille comme un travailleur exemplaire, avait trois jeunes enfants...

Le livreur de pain a été éjecté de sa camionnette tant le choc avec la voiture de police a été violent. C’était jeudi matin vers 4h15, sur le boulevard Sébastopol à Paris. Au lendemain de l’accident meurtrier, le conducteur, un brigadier-chef d’une quarantaine d’années, était toujours en garde à vue. Alcoolisé avec un taux de 2,13g d’alcool par litre de sang, il rentrait d’une soirée entre policiers dans une boîte de nuit du 8e arrondissement. Selon les premiers éléments de l’enquête, ils ont brûlé plusieurs feux rouges sur leur route.

La victime, Yazid habitait les Yvelines. Il était le père de deux filles âgées de 11 et 9 ans et d’un garçonnet de 7 ans. « C’était un homme très serviable, toujours prêt à rendre service, très gentil aussi », a expliqué sa belle-sœur au Parisien.

La famille réclame justice

Employé comme livreur de pains chauds et de viennoiseries depuis plus de dix ans, il effectuait ses livraisons aux hôtels parisiens et en banlieue au petit matin. Très récemment, il avait été désigné gérant de cette société.

Interrogée par BFMTV, sa femme raconte : « Mon mari c’est mon père, c’est mon frère, c’est tout pour moi. Je ne sais pas comment je vais faire sans lui. Je ne peux pas vivre sans mon mari ». Sa famille réclame aujourd’hui une justice exemplaire à l’encontre du policier.

Un homme très travailleur

La veuve a raconté à Europe 1 que son mari était très travailleur. « Cela faisait une semaine [que les enfants] n’avaient pas vu leur père tellement il travaillait dur : il avait deux travail. On ne sait pas ce que l’on va faire sans lui ».

« Si l’enquête judiciaire confirme les premières constatations et révèle un comportement fautif et inadmissible des policiers, ils feront l’objet de sanctions disciplinaires d’une très grande sévérité, indépendamment des poursuites pénales », a assuré dans un communiqué le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article