Des attentats déjoués en France, quatre personnes en garde à vue

Des attentats déjoués en France, quatre personnes en garde à vue

Quatre personnes ont été interpellées lundi soupçonnées de préparer un attentat, a indiqué mercredi soir le ministère de l'Intérieur. Selon les informations de France Info, c'est la base de Port-Vendres (Pyrénées-Orientales) qui était visée.

Les quatre suspects auraient projeté de kidnapper et décapiter un militaire. eur projet d'attentat devait marquer le premier "anniversaire" de l'attaque de Charlie Hebdo.

Quatre jeunes hommes, qui préparaient un attentat pour début janvier 2016, ont été interpellés lundi et placés en garde à vue, a annoncé mercredi soir le ministère de l'Intérieur.

Trois d'entre eux sont encore en garde à vue ce jeudi matin, le plus jeune a été relâché.

Selon les informations confiées à France Info par une source proche de l'enquête, les suspects ont avoué leur projet : ils comptaient kidnapper un militaire de haut rang, pour ensuite le décapiter, filmer la scène avec une caméra GoPro, et poster ces images sur Internet.

La cible de cet attentat déjoué serait la base militaire de Port-Vendres, près de Perpignan.

Un ancien militaire parmi les suspects

Ce sont des écoutes téléphoniques visant le plus jeune des suspects (celui qui a été relâché) qui ont permis d'identifier les trois autres hommes.

Ce jeune homme, mineur, avait été repéré dès l'automne 2014, d'abord en raison de son implication sur les réseaux sociaux djihadistes, mais aussi grâce à un signalement de ses proches selon lesquels il comptait partir en Syrie.

Parmi les autres suspects figure un ancien militaire, réformé de la marine nationale.

Les quatre suspects ont été interpellés lundi, car la DGSE a pris la décision d'accélérer l'enquête : les enquêteurs redoutaient que le groupe décide d'anticiper leur projet d'attentat, à l'approche de la fête nationale et du défilé militaire.

ICI Vénissieux © 2014 -  Hébergé par Overblog