Grande Guerre : le ramadan dans les tranchées

par France24  -  15 Juillet 2015, 11:34  -  #HISTOIRE IMMIGRATION, #INFOS NATIONALES

Grande Guerre : le ramadan dans les tranchées

Il y a 100 ans, le ramadan avait également lieu durant l'été. En pleine Grande Guerre, l'armée française avait dû s'adapter à la pratique religieuse de ses soldats musulmans. L'État-major avait donné des ordres pour faciliter la pratique du jeûne.

Alors que la période du ramadan touche bientôt à sa fin cette année, il y a 100 ans, elle s’apprêtait à débuter. En 1915, le mois sacré s’est déroulé du 13 juillet au 12 août. L’Europe est alors plongée en pleine Grande Guerre, entraînant dans son macabre sillage des soldats venus des quatre coins du monde, notamment de nombreux "poilus" de confession musulmane. L’armée française regroupe dans ses rangs environ 300 000 combattants originaires du Maghreb, sans compter les milliers de soldats musulmans parmi les quelque 180 000 tirailleurs venus d’Afrique noire.
Un contingent loin d’être négligeable sur le front et dont les autorités ont saisi toute l’importance. Dès le 26 juin 1915, le ministère de la Guerre prend des dispositions à l’approche du ramadan. Une dépêche officielle décrit les mesures à prendre à l’égard des soldats concernés : "À partir du 12 juillet au soir, les militaires musulmans qui auront déclaré vouloir jeûner pourront prendre leurs repas aux heures suivantes : café du matin reporté au coucher du soleil. Déjeuner trente minutes environ après le café. Dîner vers 23 heures. En pays musulman, la rupture du jeûne est annoncée, chaque soir, par un appel à la prière. Cette pratique n’étant pas réalisable en France, les musulmans seront laissés, dans chaque groupement, libres de fixer le moment où ils croiront devoir prendre leur premier repas".

Des accommodements très pragmatiques

L'armée française n'a pas attendu la première période du ramadan du conflit pour se soucier de la pratique religieuse de ses combattants. "Dès 1914 et les premiers mois de la guerre, le ministère de la Guerre a ordonné aux officiers de donner aux soldats musulmans un peu de répit lors des fêtes religieuses et de leur permettre de prier en commun", explique ainsi Richard S. Fogarty, professeur de l’Université d’Albany aux États-Unis et auteur de "Race & War in France, Colonial Subjects in The French Army (1914-1918)" (Race et Guerre en France, les sujets coloniaux dans l’armée française)".
Pour lire la suite de l'article veuillez cliquer sur le lien ci-dessous