Aldous Huxley l'auteur de "Le Meilleur des mondes" (1958) , à-t-il eu une vision prémonitoire de ce que serait notre présent ?

par A . Dadi  -  31 Août 2015, 20:30  -  #INFOS LOCALES VENISSIEUX, #SOCIETE

Aldous Leonard Huxley,
Aldous Leonard Huxley,
Qui était Aldous Huxley ?0
Aldous Leonard Huxley, né le 26 juillet 1894 au Royaume-Uni (Grande Bratagne), il decedera le 22 novembre 1963 aux États-Unis (Los Angeles).
Cet écrivain est plus particulièrement connu du grand public pour son roman Le Meilleur des mondes.
Par le biais de ses romans et ses essais, il se fait l'observateur critique des usages, des normes sociales et des idéaux et se préoccupe des applications du progrès scientifique potentiellement nuisibles à l'humanité
En 1932 il publia "Le meilleur des mondes", ou il eu l'intuition, la vision prémonitoire, que le capitalisme aboutirait à une forme de totalitarisme par son organisation de la société, qui serait fait d'ivresse de consommation, de gavage de divertissement, les esclaves ( qui ne sont plus citoyens mais sujet, nous?) auraient "l'amour de leur servitude".
« La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader, un système d’esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude. »

N'est ce pas la réalité aujourd’hui ? Notre société n'en est-elle pas là ?

Celle d'un formatage, d'une déshumanisation de la société , entretenu, voulu et construit par un système politique, qui n'a plus rien de politique dans le fond, étant devenu par les puissances de l'argent, de la spéculation que des exécutants, caisses enregistreuses d'un système qui s'emballe.

Ces propos de Aldous Leonard Huxley, ne décrivent-ils pas la société actuelle, cette démocratie de façade dans laquelle nous vivons aujourd'hui?

Aldous Leonard Huxley avait pensé bien en avance ce que semble clairement devenir notre monde:
« Sous la poussée d’une surpopulation qui s’accélère et d’une sur-organisation croissante et par le moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation des esprits, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques — élections, parlements, Cours suprêmes, et tout le reste — demeureront, mais la substance sous-jacente sera une nouvelle espèce de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu’ils étaient au bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions de radio et de tous les éditoriaux. Entretemps, l’oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs des esprits, mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera. »
La condition humaine n'est plus le centre (l'a t-elle été un jour?) de la réflexion politique, économique, philosophique, qui voulait tendre vers une meilleur existence.
L'humain, le citoyen ne vit pas une modernité qui facilite la vie, les échanges, l'épanouissement, la rencontre vers l'autre mais subit une "modernité de marché", le détachant de son humanité en le transformant en un “produit fabriqué”, formaté.
Cette forme de société que les décideurs, les oligarques des partis dominants construisent pour les multinationales, les lobby en tout genre (armement,financiers, pharmaceutique)..envenime la "pensée citoyenne" en y infusant une pensée unique dangereuse à comment réfléchir l'autre.
L'évolution sociétale Française dans sa composition multiculturelle n'est pas abordée directement mais que sous des prismes réducteurs, accusateurs, stigmatisants, qui vont à l'encontre de la recherche de cohésion.
On efface pour cela dans le discours politique, la traitance médiatique, la complexité des réalités pour comprendre, préférant ( à qu'elle fin ?) donner une vision simpliste, matraqué à coup de "une médiatique", reportages aux relents xénophobes, pseudo débat politique qui ne sont que populistes sur la communauté musulmane, l'immigration, la laicité.
Parfois avec l’onction morale de personnes présentées sous le titre usurpé de philosophes mais qui ne sont que des xénophobes qui ont une peur irrationnelles et qui intellectualisent cette crainte sur la base d'arguments "philosophico-politico-cultures et historiques", très souvent caricaturaux, dans le fond et la forme.
C'est véritablement une entreprise d’abêtissement de la société qui semble être en marche et qui aide un ultra-libéralisme structurel puissant, celui des multinationales, qui agissent sur la société par le marché mais aussi et surtout pour arriver à leur fins, de toujours maitriser la société, par le biais de leurs "représentants commerciaux" que sont devenus les partis politiques dominants.

A.Dadi