Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

OPINION : Pour ceux qui rentrent au pays cet été de Achraf Ben Brahim

ICIVénissieux se permet de préciser que ce point de vue est aussi adaptable à ceux qui vont en Algérie, Maroc...ces comportements se voient dans ces différentes destinations, c'est une réalité.
Merci à M.Achraf Ben Brahim de rappeler de simple règles de savoir être et de respect.
Être fière, attaché à ses origines c'est connaitre l'Histoire du pays de ses aïeuls, apprendre à l'aimer tel qu'il est, à connaitre véritablement son peuple.
OPINION : Pour ceux qui rentrent au pays cet été de Achraf Ben Brahim

Pour ceux qui rentrent au pays cet été

Nous serons probablement nombreux cet été à emprunter la route ou l'avion pour aller passer un mois de vacances dans notre pays d'origine.
Chacun s'imagine déjà déambuler dans les rues de sa ville, DJ Hamida ou Jul à fond pour aller rejoindre la plage, le café ou autre.
Me concernant, je me trouve à Djerba-Zarzis depuis seulement 48h et comme chaque année, j'assiste à un même lamentable spectacle.
Lamentable spectacle qui se met en place à chaque période estivale : le mépris dont nous faisons preuve à l'égard des populations locales.
Ce mépris, il s'exprime principalement par l'exhibition à outrance de nos vêtements hors de prix, de nos voitures modernes et rapides ou par une consommation démesurée dans les commerces. Bref, un luxe et une abondance indécente.
Le tout au nez et à la barbe de tunisiens, algériens et marocains qui peinent bien souvent à se nourrir décemment.
De ce fait, il est complètement honteux de venir nous prendre pour des qataris devant des populations dont le salaire mensuel moyen ne dépasse guère les 400 € et qui doivent faire sacrifice sur sacrifice pour pouvoir surmonter la difficulté du quotidien.
Quelle doit être la pensée de ce manoeuvre qui nous voit allègrement dilapider des dinars/dirhams dans un resto quand ce dernier se tue au travail pour pouvoir acheter un kg de viande et quelques fruits ?
Quelle doit être le degrés de frustration de ce cousin qui nous voit débarquer en Diesel, Calvin Klein ou Air Jordan quand celui-ci galère à trouver un travail décent, le chômage des jeunes dans ces pays atteignant des taux monstrueux ?
Quelle doit être l'injustice ressentie par cette mère de famille qui vit avec ses enfants dans une maison plus que modeste, pour ne pas dire un taudis mais qui a pour voisin un français qui se fait construire un palace de 3 étages avec clim, marbre et balcons alors qu'il ne l'occupe au mieux qu'une fois par an ?
Sans compter l'arrogance que nous cultivons à leur égard, les qualifiant de blédards ou avec d'autres qualificatifs, tous plus humiliants les uns que les autres.
Assurément, nous avons une responsabilité dans la mort de tous ces « haragas » qui bravent tout pour rejoindre l'Europe dans l'espoir d'une vie meilleure puisque chaque année, nous venons leur démontrer la manne dont nous jouissons, les affamants toujours plus.
Alors certes, cette responsabilité est moindre par rapport au système corrompu et arbitraire qui y règne, mais elle existe et demeure plus que symbolique.
C'est pourquoi je voudrais sincèrement inciter ceux qui liront ces lignes à se modérer cet été sans forcément se priver. Le choix ne se fait pas uniquement entre impunité et privation.
Aucune volonté moralisatrice ou donneuse de leçon dans cet écrit non plus. Encore moins de condescendance vis à vis de ces pays. Sauf que n'ayant pas grandi en France mais ici, en Tunisie, je sais de quoi je parle.
Mais sans recul face à ce qui est fait, à l'image donnée et une prise en compte des réalités locales, il est inutile de venir faire le pitre avec son drapeau ou son maillot de foot à chaque match et mariage quand il est méconnu ce qui se passe vraiment dans ces pays-là.
Sinon, il n'y aurait pas chaque année sans scrupule un tel étalage de Raptors, de Porsche Cayenne et de luxe à ne plus en finir. Qu'on ne vienne donc pas s'en réclamer toutes les cinq secondes.
Car lorsqu'on est incapable de connaître l'histoire de son pays d'origine, les conditions de vie de ses habitants et sa pratique politique voire son actualité, on ne demeure ni plus ni moins qu'un petit touriste. Avec une gueule de maghrébin certes, mais un touriste puisque ne connaissant que le folklore des mariages du bled, de ses plages et de ses paysages l'été.
Puissions-nous un jour ouvrir les yeux.
Bonnes vacances à tous.
Achraf Ben Brahim

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article