Un chroniqueur de RMC viré après une chronique dénonçant des dysfonctionnements de la BRI après les attentats

par A . Dadi  -  25 Novembre 2015, 00:45  -  #INFOS NATIONALES

Thomas Guénolé
Thomas Guénolé

Selon Arrêt sur Images , le politologue Thomas Guénolé a été viré de RMC , où il est chroniqueur depuis mars dernier, après sa chronique du 17 novembre dernier.

Dans celle-ci, il évoquait les dysfonctionnements de la Brigade d'intervention de la police judiciaire lors des attentats survenus dans Paris le 13 novembre. Le chroniqueur affirmait que les brigades manquaient "gravement d'hommes et de moyens".

"Quand les fusillades éclatent, il n’y a que trois fonctionnaires de garde à la BRI ce soir-là. Je ne remets pas en cause le travail de la police", indiquait-il en se référant à des informations de la Lettre A. De son côté, le syndicat Unité SGP Police FO précise que 12 fonctionnaires étaient également d'astreinte.

"Le directeur de la rédaction de RMC Philippe Antoine m’a téléphoné vendredi, et dimanche soir j’ai reçu un mail me confirmant que j’étais viré. Mais comme je n’ai pas reçu de courrier formel, je me suis tout de même rendu dans les locaux de la radio ce matin histoire de ne pas être en faute", explique Thomas Guénolé à nos confrères.

Et d'ajouter : "On m’a refusé l’accès au plateau. Je peux donc dire officiellement ce matin que j’ai été viré de RMC".

"Je ne vois pas en quoi mon information est erronée. De garde et d’astreinte, ce n’est pas la même chose. De même, je dis dans ma chronique que si ces accusations de dysfonctionnement sont fausses, elles doivent faire l’objet d’une commission d’enquête parlementaire pour laver de tout soupçon les dirigeants de notre police et des services secrets ainsi que le ministre de l’Intérieur. C’est bien la preuve que je ne considérais pas ces accusations comme vérifiées", précise-t-il.