Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Souvenir Février 2012 :Un CRS guadeloupéen traité de « banania » par son capitaine s’est donné la mort

Il y a quelques années, la presse de la métropole en avait pratiquement pas parler, à ICI Vénissieux nous n'oublions pas .

Il y eu plusieurs témoignages et même des livres dénonçant des attitudes racistes inacceptables de la part de membres des forces de l'ordre.

Au sein même de leurs corps constitués comme en témoigne cette ancien article (ci-dessous en bas de page).

A quand un vrai débat et des décisions politiques pour faire face à ce problème qui est une réalité ?

Humainement solidaire de nos concitoyens d'Outre-mer, qui subissent beaucoup d'injustices et dont on ne parle pas beaucoup dans les médias dominants.

Amis des départements d'outre mer, faites nous parvenir vos témoignages, reportages, vos écrits pour nous dire votre réalité trop peu présente ici dans les médias .

Pour une citoyenneté partagée, A.A.Dadi

Jean-Marc Niçoise
Jean-Marc Niçoise

Jean-Marc Niçoise, 36 ans, est décédé le 15 février dans son appartement de la région parisienne.

Né à Saint-Claude (Dom), CRS de profession, fait partie de ces trois policiers que le capitaine Spina, leur supérieur, avait salué, un matin à l’heure du petit-déjeuner, alors qu’ils étaient en mission en Corse, par un « ça va les bananias ? » Des faits qui remontent à 2009.

Choqués par l’adresse vexatoire et raciste de leur chef, les trois hommes (tous Guadeloupéens) avaient porté plainte.

Malheureusement le parquet de Meaux avait laissé passer la prescription.

Pour pallier ce manquement du parquet, leur avocat avait attaqué l’Etat pour déni de justice.

Les trois fonctionnaires avaient obtenu, le 2 mai 2011, gain de cause et se voyaient attribuer chacun 5 500 € en réparation.

Pour autant, l’affaire ne s’est pas arrêtée là.

Car si les deux collègues de Jean-Marc Niçoise ont obtenu leur mutation, l’un en Guadeloupe et l’autre à Strasbourg, M. Niçoise était resté sous les ordres de son capitaine, dans la même caserne. Et ce dernier aurait poursuivi de ses invectives à caractère raciste à l'encontre de son subordonné.

Le 8 ou le 9 février, Jean-Marc Niçoise est retourné voir Me Ursulet pour lui demander de déposer une nouvelle plainte, pour harcèlement et injures racistes contre son capitaine.

Nous étions alors en pleine affaire Guéant, ce qui a pu laisser penser au capitaine Spina qu’il était en droit de se sentir supérieur, d’autant plus que la justice ne l’a jamais poursuivi eu égard à la déficience du parquet…

Quand Jean-Marc Niçoise est allé voir l’avocat,il était un homme en plein désarroi, et extrêmement touché psychologiquement selon Me Ursulet.

Celui-ci lui a conseillé de prendre un peu de repos, de voir un médecin afin de préparer au mieux cette nouvelle plainte. Las, il n’aura pas tenu le coup.

Jean-Marc Niçoise
Jean-Marc Niçoise

Mais un nouveau fait troublant vient compliquer ce drame.

La famille a d’abord été avertie par la police que Jean-Marc était mort d’un œdème pulmonaire et le parquet a donné le permis d’inhumer.

Il aura fallu attendre plus de dix jours et avec beaucoup d’insistance pour que le parquet de Meaux fasse part des conclusions de l’autopsie.

Elles s’orientent vers un suicide par absorption médicamenteuse.

La police a saisi des documents et des boîtes de médicament au domicile du fonctionnaire.

Dans ces circonstances, Me Ursulet envisage de porter plainte pour homicide involontaire. « Il ressort que, depuis la condamnation de l’Etat, M. Niçoise a continué de faire l’objet de harcèlement. Son suicide est lié à cela », estime Me Ursulet.

FXG (agence de presse GHM)source : fxgpariscaraibe.com

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article