Vénissieux : Un facebookeur Vénissian poursuivi par 6 adjoints au Maire de sa ville?

La majorité municipale en place n'est elle plus "Charlie" comme elle se disait l’être ?


D'après Le Progrès, six adjoints* au maire vont saisir la justice contre un facebookeur Vénissian.

Somme nous face à une Liberté d’expression limitée, à géométrie variable?


Si l'on tient compte des nombreuses phrases, déclarations virulentes et c'est un euphémisme.


Qui ont été faites ces 5 dernières années dans le paysage politique local et qui n'ont pratiquement jamais abouti à des poursuites en justice.


On pourrait croire que c'est le cas concernant cet habitant de Vénissieux qui risque d’être poursuivi en justice.

Vénissieux :  Un facebookeur Vénissian poursuivi par 6 adjoints au Maire de sa ville?
Selon le journal " Le Progrès"**, un habitant de Vénissieux aurait "fin décembre" dans un commentaire sur une page Facebook, citer le nom de tous les adjoints "issus de la diversité" et écrit que ces derniers faisaient preuve "d’opportunisme et de soumission au PCF". 
Amis lecteurs, ne tentez pas de retrouver sur le net ce poste car il a été supprimer mais des captures d'écran ont été faites et permettent théoriquement de pouvoir engager une action en justice.

Au mois de janvier, « plusieurs adjoints » visés par ces critiques sur Facebook, auraient fait la demande de protection fonctionnelle.

Suite à cela, la municipalité en place (PCF, FG....) après une délibération approuvée par les élus sa majorité lors du conseil municipal du lundi 14 mars 2016, à accorder à « plusieurs adjoints » cette protection fonctionnelle.

Qu'est-ce que la protection fonctionnelle ?

C'est un article du code des collectivités territoriales ou il y est précisé que « la commune est tenue de protéger le maire ou les élus municipaux, contre les violences ou outrages dont ils pourraient être victim
es, du fait de leurs fonctions. »

Il devrait donc y avoir une suite judiciaire à cette affaire

Appliquer au sujet nous concernant cette protection fonctionnelle, permettrait aux adjoints qui en ont fait la demande de pouvoir entamer une action en justice dans le but d'obtenir " réparation du préjudice présumé, les frais étant pris en charge par la collectivité qui se portera partie civile."

Les frais de justice ne seront donc pas pris en charge par les propres deniers de ces élus mais le seront " par la collectivité..." (dixit Le Progrès du 16/03/2016).

Nous contribuables Vénissians si l'on comprend bien ?!

Donc nous avons le droit légitime en tant que citoyen de nous exprimer sur ce qui risque de devenir l'affaire Facebook Vénissianne et qui enflera les prochains jours, mois qui viennent, si une poursuite par voix de justice se confirmait.

Mais revenons à la cause de cette décision qui pourrait être disproportionnée selon nous, si on ramène tout cela aux propos rapporter dans l'article du progrès :

"le commentaire incriminé listait les noms de tous les adjoints issus de la diversité, qualifiés d’opportunistes et jugés en substance coupables de soumission au PCF."

"Un Vénissian a listé sur sa page Facebook, les noms de ces élus coupables, selon lui, d’opportunisme et de soumission au PCF"

Les élus concernés voulant même ne pas vouloir "en rester là" et espèrent obtenir que " ces propos soient qualifiés pénalement d’injures publiques par un tribunal."

Michèle Picard (PCF), maire de Vénissieux a tenu ces propos dans l'article source :

« La liberté d’expression comprend des règles auxquelles la presse est soumise. Tel n’est pas le cas des réseaux sociaux, déversoir de rancœur et de haine. La liberté d’expression, ce n’est pas la liberté de diffamer ou d’insulter, cacher derrière son écran d’ordinateur. Cette caisse de résonance alimente un régime fait de populisme et de délation. Il faut se donner les moyens de se défendre et de réparer les préjudices. Le débat politique doit porter sur les idées, pas sur les attaques personnelles. »

Si l'on s'en tient à ce qui a été communiquer dans le journal "Le Progrès"(du16/03/2016).

Cette affaire qui commence à agiter le microcosme politique Vénissian, nous semble refléter une certaine "schizophrénie" dans le discours et les postures politique.

Plusieurs événements qui ont eu lieu dans cette classe politique qui ne se parle qu'a elle-même, nous amènent à penser cela.

En effet Mme M. Picard, Maire de Vénissieux a donné son point de vue, qui serait nous pensons ( si nous sommes encore libres de penser, de jouir pleinement de notre liberté de conscience et de l'exprimée ?) totalement légitime et éthiquement impartial.

Si certaines déclarations émanant de personnalités politiques locales n'avaient pas été faites oralement ou par écrit, sans subir la moindre condamnations public de principe.

Certaines même ont été rapportées dans la presse et n'ont jamais été attaqué en justice.

Comme par exemple lors d'un article du site d'informations "Lyon Capital.fr" daté du 23/10/2014**** où il est relaté que lors d'une émission de la chaine TV lyonnaise, TLM.

Michèle Picard, maire de Vénissieux, aurait :

"... violemment attaqué Lotfi Ben Khelifa, le qualifiant notamment d'"agressif, misogyne et tricheur"..”

Est-on là, comme le déclare Mme Picard elle-même, dans un " débat politique" qui doit "porter sur les idées, pas sur les attaques personnelles. » ?

Dans ce cas, sommes-nous dans la déclaration, le débat politique ou plutôt dans ce qui pourrait paraître tenir de l'attaque insultante ?

Il y eut d'autres propos dans le paysage politique local qui pourraient paraître eux aussi choquants, comme ceux publiés dans un article du site internet des communistes locaux "Le Vénissian" du Mardi 31 mars 2015***, dont l'auteur est un certain "pamillet".
Dans le cadre de ce qui paraît être une analyse partisane des élections municipales qui ont eu lieu à Vénissieux, "Pamillet" l'auteur de cet écrit, n'y va pas non plus de "mainmorte", niveau attaques "politiques".

Parlant de M. Lotfi Ben Khalifa représentant local du PS, l'auteur a écrit ce passage :

"...le socialiste Ben Khelifa tentait de mobiliser en promettant l'Halal à la cantine..."

Là, encore, l'affirmation publiée ne peut-elle pas paraître aux regards de certains, faire dans l'amalgame tendancieux ?

Sommes-nous là aussi une nouvelle fois, dans le débat politique ou dans l'attaque gratuite ?

D'autres parties, encore de ce texte sont plus graves selon nos principes en matière d'attaque se prétendant politiques, comme celle-ci dessous toujours relative au PS et visant (subtilement) indirectement M..Lotfi Benkhalifa :

"...il s’est enfermé dans une fuite en avant communautariste se réduisant au Hallal à la cantine..." (voire plus haut). Et les habitants ont vu avec surprise des voyous connus pour organiser le trafic se transformer en soutien électoral du PS !"

Faits réels ou commérages rapportés qui peuvent une énième fois sembler tenir du parjure ?

Voilà pour ce qu'il en est d'un simple aperçu du climat politique local, d'une facette de ce qu'on appelle "débat politique" chez les partisans, ceux qui croient encore à aux partis.

On en ressort avec le sentiment d'un climat politique tenant plus de l'invective, de la haine, que celui serein et grave que demande la situation de dislocation dans laquelle l'on pousse notre société.

Cet habitant que l'on voudrait si l'on se réfère à l'article du "Le Progrès"(16/03/22016), poursuivre en justice, n'a pas été plus ou moins virulent, que d'autres qui font partie des puissants du moment dans le paysage politique local, quand on y regarde de plus près.

Le terme "opportunisme" est-il plus insultant que de dire qu'un parti et donc son candidat pendant une campagne électorale, voit "...se transformer en soutien électoral..." "...des voyous connus pour organiser le trafic" ?

Même le terme de "soumission au PCF", est-il pire, plus insultant, plus humiliant que des : "y en a qui doivent avoir mal aux fesses chez Girard !"*****, que l'on peut lire dans un site politique .

Ou s'il en faut plus, il y en a encore des expressions écrites, qui nous paraissent tordues par la logique à laquelle elles répondent selon nous, comme : "Un an de Khelifisme, ça a déjà suffi... Le charismatique OBAMA des Minguettes enfin dévoilé..."***** mais encore "Félicitations à Rivalta, vieux singe qui a senti les sables mouvants se dérober sous lui !"*****, toujours dans le même site.

Nous sommes bien là, d'accord avec Mme le maire lorsqu'elle dit que le net (NDLR : mais pas seulement), peut être un "...déversoir de rancœur..." aux relents "de haine..." parfois même semblants visés des personnes, plus que leurs idées politiques.

Au regard de tout cela, des poursuites judiciaires de 6 adjoints à l'encontre d'un simple citoyen sont-elles raisonnables ?

Lorsque l'on voit que la classe politique est la première à user et abuser, qui de l'insulte, qui de l'amalgame, qui de la stigmatisation, qui de l'islamophobie...

Nous subissons àlongueur de une de journaux qui se multiplient de plus en plus, de reportages ou d'analyse bidon et haineuse de philosophe et autre polémiste à deux sous, de soi-disant discours politique Républicain et laïque qui flirtent juste ce qu'il faut avec le racisme pour ne pas tomber sous le coup de la loi.

Tous les jours et dans tous les camps politiques nous voyons qu'il émerge de plus en plus par de tels comportement, c'est notre sentiment en tant qu'habitants des quartiers.

Une "...caisse de résonance..."qui "...alimente un régime fait de populisme et de délation" qui risque d'advenir.

C'est le système politique qui nourrit cela et non pas le peuple, les citoyens dans leur diversités...politique.

Aux politiques justement partisans qui détiennent les centres de pouvoirs de montrer l'exemple avant les citoyens et avant de s'en prendre à certains d'entre eux, même légalement.

A.A.Dadi
Dernière petite digression:

un dernier point a retenu notre attention à la lecture de l'article de presse qui à provoquer cet écrit.
Il y est mentionné que six adjoints au maire "issus de la diversité" vont saisir la justice.

Est-ce dû propre fait du journaliste ou son interprétation objective de propos qu'aurait pu lui tenir le contact au niveau de la Municipalité, source de son article ?

Qui l'aurait amené à marquer, par une spécificité s'est adjointe en utilisant le vocable à la mode "issus de la diversité".

Pour qu'elle raison y est-il précisé "issus de la diversité" ?

Un adjoint au Maire n'est-il pas que seulement un élu de la République ? d'après tout le blabla qu'on nous sort à longueur de journée dans les médias, les débats "politiques"...

Si on suit le raisonnement que peut provoquer ce titre, il communautarise, "ethnies" ces élus.

Pourquoi l'avoir spécifié et à quels fins ? puisque nulle part il écrit dans l'article concernant le facebookeur Vénissian mise en cause, qu'il faisait référence dans ses écrits aux origines des adjoints concernés.

Ce ne sont pas 6 adjoints au Maire issus de la diversité mais 6 adjoints tout court, élus de la république !

Après on vient dire, aux habitants des quartiers "vous vous communautarisez", "il n'y a pas de différence entre Français", "la république et une et indivisible", we, we ,we!
* : Les adjoint concernés sont : Amina AHAMADI MADI, Djilannie BEN MABROUK, Bayrem BRAIKI, Abdelhak FADLY, Hamdiatou NDIYAE et Saliah PRUDHOMME-LATOUR.

Un autre adjoint au Maire, M.Idir Boumertit était concerné car son nom figurait aussi sur ce commentaire.
Il a préféré ne pas donner de suite mais à préciser qu'il :
"... respecte la position de mes collègues qui veulent faire valoir leurs droits".

**  : Article du journal "Le Progrès" de la rubrique "Vénissieux" publié le 16/3/22016 (lien en bas de page) 

*** : Lien de l'article concerné ou sont tirés ces propos :
**** :  Lien de l'article concerné ou sont tirés ces propos:
*****Lien de l'article concerné ou sont tirés ces propos :
Article source :
ICI Vénissieux © 2014 -  Hébergé par Overblog