Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vénissieux : une cinquantaine de Roms évacués du squat de Parilly...une partie serait à l'hotel et une autre à la rue !(Cf:Progrés)

Photo d'illustration n'ayant pas de liens avec les faits rapportés
Photo d'illustration n'ayant pas de liens avec les faits rapportés

Selon le journal "Le Progrés", il aura fallu mobilisé 70 policiers pour faire évacuer environ une cinquantaine de ROM, des mères, des pères, des enfants.


Ils squattaient faute de mieux une maison abandonnée se trouvant à l'intersection de l’avenue Pierre-Mendès-France et de la rue des Sports à Vénissieux.


La maire de Vénissieux Michèle Picard (Parti communiste) ayant pris un arrêté de péril grave et imminent en raison de la vétusté des locaux.


La préfecture a mis en exécution une décision judiciaire ordonnant l'expulsion des familles présentes.


Une partie des familles seraient actuellement hébergées dans des chambres d’hôtel, les autres elles se retrouvent à la rue.

Ou voilà comment les politiques donnent l'impression d'avoir réglé un problème alors qu'ils l'ont déplacé sans rien résoudre, le résultat au final est même pire selon nous.


En effet l'expulsion en soi représente un coût financier conséquent puisqu'il a fallu pour mettre dehors ces familles, mobiliser près de 70 policiers (70 x 1/2 journée de travail voire plus pour ceux qui étaient de corvée administrative !) et les autres intervenants lors de cette expulsion.


Sans en avoir l'air, le compteur du cout de cette expulsion s'est mis en marche* dès la prise de service des fonctionnaires de police assignés à cette mission.


Auquel il faut y additionner encore une fois, tous les autres possibles intervenants sur place : un huissier, peut être et sans doute même un serrurier et tous les autres acteurs possibles dans ce genre de procédure.


À cela il va falloir, si l'on tient compte des information de l'article du "progrès" par rapport aux familles mise dehors :


"...certaines d’entre elles seraient temporairement relogées dans des chambres d’hôtel..."

Donc d'y ajouter à partir du jour de l'expulsion les frais d'hébergement pour une partie des gens qu'on a expulsé, soit x nombre de chambres multipliées par x nombre de nuits.


Sachant que la facturation des chambres chiffre très vite.


Bref ce billet n'est surtout pas pour blâmer ces femmes, ces hommes, ces enfants qui sont brocardés par beaucoup, trop, dans notre société.


La population de France qui est d'origine ROM à toutes notre respect, parce que nous avons conscience qu'ils subissent bien plus que tous autres communautés, un racisme des plus primaires parfois leur en coutant même la vie.


Jamais à ICI Vénissieux, un humain n’équivaudrait pas à un humain, encore plus particulièrement pour eux qui subissent le racisme de tous, même des communautés victime elles-mêmes de racismes, c'est une réalité.


Le but de ce billet d'humeur sur un "fait" humain grave (il y a aujourd'hui des gens dehors) classé dans les "divers" dans les journaux, était de montrer un peu comme le système de gestion de l'urgence sociale est catastrophique, incohérent dans ce pays.

Ce qu''elle manière nos politiques se renvoie le problème d'humains en grande précarité, à coup d'expulsion souvent, de camps totalement détruits sous ordre préfectoral par les forces de l’ordre certaines fois...


Pour avoir ce type de résultat qui n'en est pas un, on déplace, disperser le "problème"...humain sans aucunement le résoudre.


Vous me direz (comme sans doute des représentants de la majorité municipale (PCF-PG...) que la maison était sous-arrêtée de péril grave et imminent en raison de la vétusté des locaux ".


D'accord, il y avait peut-être un danger mais des personnes y vivaient selon l'article source, depuis octobre 2014, ce n'est pas y hier.


Est-ce que tout a été fait pour trouver un hébergement à ces familles ? Toutes les pistes ont été épuisées .


Ce sont des questions que nous trouvons légitimes de poser en tant que citoyens, contribuables.
P.S : Le monde politique que l'on connaît, nous rend dyslexiques politiques.


Ladite gauche dans le discoure et les méthodes, rassemblement de plus en plus souvent à la droite, on ne sait plus qui est qui ?!

*: Pour être plus précis, des l'enclenchement administratif initiale de cette procédure d'expulsion, "les frais indirects et directs, se sont mis en marche".

P.S : Petite "digression" perso : Le monde politique que l'on connait, nous rend dyslexique politique.

La dite Gauche dans le discoure et les méthode, rassemblement de plus en plus souvent à la droite, on ne sait plus qui est qui ?!

Ah! oui c'est vrai, elle maintenant responsable, rationnelle...et patati patata..alors elle était quoi avant?

A.A.Dadi

Lien de l'article source :

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article