Café "interdit" aux femmes :Une contre-enquête de Bondy blog démonte le reportage de France 2

par A . Dadi  -  14 Mars 2017, 16:30  -  #INFOS NATIONALES

Café "interdit" aux femmes :Une contre-enquête de Bondy blog démonte le reportage de France 2

Bar PMU de Sevran : la contre-enquête du Bondy Blog

 

Le reportage avait déclenché une polémique nationale et suscite encore aujourd’hui des commentaires politiques à tout va. Le 7 décembre 2016, France 2 diffusait un reportage tendant à montrer qu’un bar PMU de Sevran en Seine-saint-Denis refusait l’accès aux femmes. Contre-enquête. 

Ils étaient une trentaine de personnes, ce mercredi 8 mars, réunies au PMU à l’initiative d’Amar Salhi, le propriétaire de ce bar populaire du quartier de Savigny de Sevran : des femmes, des hommes, des voisins, des amis, des clients, des élus locaux rassemblés autour d’un apéritif en ce jour de célébration de la journée des droits des femmes. Une manière de répondre à la polémique déclenchée par la diffusion d’un reportage dans le 20h de France 2, le 7 décembre dernier.

Dans ce sujet sur l’accès des femmes à l’espace public dans certains quartiers, une séquence d’1 minute 25 en caméra cachée réalisée par deux militantes de l’association “La Brigade des mères”, Nadia Remadna et Aziza Sayah, était consacrée à cet établissement de Sevran avec cette conclusion : ce bar interdit l’entrée aux femmes. Aujourd’hui, le patron veut en finir avec ce qu’il appelle “un mensonge”. “J’ai organisé ce buffet pour montrer qu’on laisse rentrer tout le monde. Il est important de casser cette fausse image”. Le propriétaire a bien informé quelques journalistes de son événement mais hormis le Bondy Blog, aucun média n’a fait le déplacement.

“On nous salit, on nous stigmatise, on nous dénigre, alors que c’est faux. Cette histoire a profondément touché à la dignité des gens”

Parmi les élus présents pour trinquer, tous les bords étaient représentés. À droite, Patrick Sinaud et Philippe Geoffroy, conseillers municipaux d’opposition de Sevran, également les maires-adjointes de gauche, Najet Mabchour, en charge de la politique de la ville et Nathalie Bayon, responsable de la tranquillité publique, et les conseillers municipaux, Jean-Pierre Laborde et Gilles Boite. Le Républicain, Philippe Geoffroy, qui connaît bien le patron du bar, dit être venu épauler son ami. “Il venait souvent au magasin de mes parents quand on était petits, on a été à l’école ensemble, pour moi, cette histoire, c’est un coup monté”.

Nathalie Bayon regrette “ces traitements journalistiques qui tapent toujours sur les mêmes”. Et de poursuivre : “J’ai habité dans un immeuble juste à côté de ce bar pendant plus de 15 ans et je n’ai jamais eu de problème, je suis très choquée. Je crois que ce qui m’a le plus marqué c’est lorsque nous avons organisé une réunion de quartier juste après la polémique et que les habitants demandaient à ce que le maire réagisse. On nous disait : ‘Mais on nous salit, on nous stigmatise, on nous dénigre, alors que c’est faux’. Cette histoire a profondément touché à la dignité des gens”.

Pour lire la suite de l'article, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :